Khmer Amour josephinederohan.com
Khmer Amour
COFCO : Cambodian Orphan Family Center Organization, Siem Reap, Cambodia.

Juin 2012. Nimol a dix ans. Lele a sept ans. Kimlong a six ans. Voici aussi Sreynich, Menglee, Kimleng, Kimlong, Chantorn, Kimheng, Kimheang, Sokleang, Kim Hour, Chomrun, Sreymey, et bien d'autres...

Ils sont une trentaine, sacrifiés par des mères trop pauvres, malades, inaptes, parfois recueillis dans la rue, ils viennent de partout - de nulle part.
La directrice de l'orphelinat, Meas Pov, est une ancienne nonne, qui par soif d'utilité a adopté les enfants, renonçant au silence pour leur vacarme frais. Elle est devenue 'Mamma' pour tous les gamins, qui la regardent en silence et la saluent avec respect lorsqu'elle cuisine ou brode les robes des jeunes filles. Leur vie est simple, leurs journées sont rythmées, leur travail est souvent pénible ; mais chaque jour est un nouveau jour, et il faut penser à se laver, à se nourrir, à gagner de quoi vivre, et à s'instruire ; mais, surtout, ils sont conscients d'être -paradoxalement- privilégiés. Protégés du travail harassant des rizières. Sauvés de la misère et, pour beaucoup, de l'errance.
Levés à 5h pour prier Bouddha, certains partent pour l'école à 8h, à vélos dans leurs petits uniformes, tandis que les autres suivent les cours d'anglais dans la grande salle de l'orphelinat; l'emploi du temps s'inverse l'après midi. Mais Mamma est malade depuis quelques mois, et l'assiduité des enfants au travail aurait été abîmée sans la présence de Jimmy, professeur natif de Siem Reap, qui redonne en quelques jours un souffle positif à l'esprit des ces petites âmes.

Une vie au rythme des moussons, des spectacles de danses traditionnelles khmères, des bénévoles qui se succèdent, mais ébranlée par l'instabilité des dons extérieurs - principale source de revenus de COFCO depuis sa création, en 2008.

Octobre 2013. Quelques mois après mon séjour à l'orphelinat, COFCO a fermé ses portes pour d'obscures raisons, laissant la moitié des enfants à l'incertitude de la rue; l'autre moitié à de lointains parents.

Khmer Amour, pourtant, toujours.
Top